6ème rapport du GIEC : le 3ème volet est sorti !

19/05/2022

  • 4 min
    4 min

Le 04 avril 2022, le GIEC a publié le 3ème volet de son 6ème rapport. Consacré aux solutions pour réduire les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES), ce volet donne des préconisations précises et ambitieuses.

Créé en 1988 par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), le GIEC désigne un Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat. Il rassemble 195 États membres avec des scientifiques de nationalités et de disciplines diverses.

Le rôle du GIEC est de publier des rapports scientifiques synthétisant l’état des connaissances sur le changement climatique et le rôle de l’action humaine. Ces rapports sont des leviers solides sur lesquels les États s’appuient pour trouver des accords dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Le GIEC travaille par cycle d’évaluation du climat et publie plusieurs rapports au cours de ce cycle. Depuis sa création, le GIEC a publié cinq rapports d’évaluation et travaille actuellement sur le 6ème (2021-2022).

LE 6ème RAPPORT DU GIEC

En 2015, le GIEC a entamé son 6ème cycle d’évaluation qui se conclura par la publication du 6ème rapport composé de plusieurs volets.

Le 1er volet, publié en août 2021, alarme sur l’urgence climatique et la prise de conscience espérée pour constater des effets bénéfiques sur l’environnement.

Le 2ème volet, publié en février 2022, porte sur les effets, les vulnérabilités et les capacités d’adaptation à la crise climatique.

Le 04 avril dernier, le GIEC a publié le 3ème volet consacré aux solutions pour réduire les émissions de GES.

QUE DIT LE 3ème VOLET DU 6ème RAPPORT DU GIEC ?

Les préconisations de ce dernier volet tendent vers l’objectif climatique fixé par l’Accord de Paris en 2015 : limiter le réchauffement climatique à 1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle. Pour atteindre cet objectif, les émissions nationales de GES doivent réduire de 43% d’ici 2030.

Le 3ème volet du rapport du GIEC alerte sur les trajectoires climatiques actuelles. Si aucune mesure n’est prise dans un délai de trois ans, le réchauffement de la planète augmentera de 3,3 à 5,1°C.

Apporter des solutions à la crise environnementale

Le GIEC préconise plusieurs mesures afin de limiter la hausse des températures :

  • Remplacer les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) par des sources d’énergie bas-carbone ou neutres (hydroélectricité, photovoltaïque, éolien…).
  • Mettre en place des techniques d’élimination du dioxyde de carbone: plantation d’arbres, extraction du CO2 de l’atmosphère…
  • Réduire les émissions de méthane d’un tiers en limitant la production d’énergies fossiles et l’élevage d’animaux.

Afin de réduire la demande énergétique, les scientifiques du GIEC donnent également des préconisations telles que :

  • l’optimisation des modes d’alimentation : adopter un régime alimentaire moins carné et limiter le gaspillage ;
  • la valorisation des mobilités douces par le déploiement du télétravail et des véhicules électriques ;
  • la réduction de l’impact du secteur du bâtiment.

Focus villes et territoires

Les experts du GIEC appelle à repenser le fonctionnement futur des villes et autres zones urbaines pour atténuer les effets du changement climatique. Le rapport déclare que ces réductions peuvent être obtenues « grâce à une consommation d’énergie réduite (par exemple en créant des villes compactes et piétonnes), à l’électrification des transports en combinaison avec des sources d’énergie à faibles émissions et à une meilleure absorption et stockage du carbone en utilisant la nature ».

Focus bâtiments

Le secteur du bâtiment représente 44% de l’énergie consommée en France et émet, chaque année, plus de 123 millions de tonnes de CO2 (source : Ministère de la transition écologique). Le rapport du GIEC rappelle les bénéfices de la réduction des consommations énergétiques des bâtiments. Pour ce faire, deux orientations se présentent : la rénovation énergétique et la construction bas-carbone. Les experts préconisent également de prendre en compte l’empreinte carbone du bâtiment durant toute sa durée de vie. Il s’agit d’une des mesures de la RE2020, entrée en vigueur le 1er janvier 2022.

Aux côtés de nombreux autres outils pour lutter contre le réchauffement climatique, le rapport du GIEC « n’est ni une fiction, ni une exagération » conclut Antonio GUTERRES, le Secrétaire général des Nations Unies. La prise de conscience doit être immédiate pour mettre en place des actions rapides et efficaces.

Ce sont des valeurs partagées et portées par CYRISEA et le Groupe ; notre raison d’être depuis toujours. Nos équipes vous accompagnent dans la réduction de vos consommations d’énergie et ainsi, de l’empreinte environnementale de votre bâtiment.